Menu

Citations

Chemin solitaire, nul pas que le mien dans le soir de l’automne. Matsuo Bashô
Chemin solitaire, nul pas que le mien dans le soir de l’automne. Matsuo Bashô
Le bonheur n’est pas un diamant gros comme une maison, c’est une mosaïque de petites pierres dont aucune souvent n’a une valeur générale et réelle pour les autres. Ce gros diamant, cette rose bleue, ce gros bonheur, ce bonheur monolithe, est un rêve. Alphonse Karr
Le bonheur n’est pas un diamant gros comme une maison, c’est une mosaïque de petites pierres dont aucune souvent n’a une valeur générale et réelle pour les autres. Ce gros diamant, cette rose bleue, ce gros bonheur, ce bonheur monolithe, est un rêve. Alphonse Karr
“Quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge.” Pablo Picasso
“Quand je n’ai pas de bleu, je mets du rouge.” Pablo Picasso
Les pinceaux dans l’eau, la feuille sèche trop vite, aquarelle d’été. AVillat
Les pinceaux dans l’eau, la feuille sèche trop vite, aquarelle d’été. AVillat
La chenille verte, suivant le parfum des roses, se prend à rêver. AVillat
La chenille verte, suivant le parfum des roses, se prend à rêver. AVillat
La saison des pluies se terminent, ici et là, des processions de fourmis. Masaoka Shiki
La saison des pluies se terminent, ici et là, des processions de fourmis. Masaoka Shiki
Le vrai art, il est toujours là où on ne l’attend pas. Là où personne ne pense à lui ni ne prononce son nom. Jean Dubuffet
Le vrai art, il est toujours là où on ne l’attend pas. Là où personne ne pense à lui ni ne prononce son nom. Jean Dubuffet
花の香を  盗みて走る  嵐かな Hana no ka wo Nusumite hashiru Arashi kana  Volant le parfum des fleurs de cerisier, le vent s’en va  Sokan
花の香を 盗みて走る 嵐かな Hana no ka wo Nusumite hashiru Arashi kana Volant le parfum des fleurs de cerisier, le vent s’en va Sokan
J’ai beaucoup copié… A peu près tout ce qu’on a fait depuis toujours. Alberto Giacometti
J’ai beaucoup copié… A peu près tout ce qu’on a fait depuis toujours. Alberto Giacometti
Tout l’automne à la fin n’est plus qu’une tisane froide. Francis Ponge
Tout l’automne à la fin n’est plus qu’une tisane froide. Francis Ponge