Menu

Citation

12 janvier 2020 – Haiku&Cie – mon regard se perd entre les mats immobiles le blanc des sommets
12 janvier 2020 – Haiku&Cie – mon regard se perd entre les mats immobiles le blanc des sommets
12 janvier 2020 – Haiku&Cie – le soleil d’hiver pour un instant m’éblouit, le vol des canards
12 janvier 2020 – Haiku&Cie – le soleil d’hiver pour un instant m’éblouit, le vol des canards
12 janvier 2020- Haiku&Cie – les monts saupoudrés réveillent mon cœur d’enfant, allons vite luger !
12 janvier 2020- Haiku&Cie – les monts saupoudrés réveillent mon cœur d’enfant, allons vite luger !
Eventail De la parole du poète il ne reste plus que le souffle. Paul Claudel, “Cent phrases pour éventails”.  Atelier d’écriture – dimanche 24 novembre 2019 – 14h30 – Fondation Baur
Eventail De la parole du poète il ne reste plus que le souffle. Paul Claudel, “Cent phrases pour éventails”. Atelier d’écriture – dimanche 24 novembre 2019 – 14h30 – Fondation Baur
Quelques tanka écris dimanche dernier !
Portrait de Mme Soldati par Charles Giron 1900 – Un Tanka s’il vous plaît !
Portrait de Mme Soldati par Charles Giron 1900 – Un Tanka s’il vous plaît !
Ô baiser! Que la mer telle quelle, avec le soleil immobile et les oiseaux dansants, que tout meure ici! Maintenant! Wakayama Bokusui
Ô baiser! Que la mer telle quelle, avec le soleil immobile et les oiseaux dansants, que tout meure ici! Maintenant! Wakayama Bokusui
La brume du soir se noue au fond de mon cœur, et l’automne comme moi s’avance vers l’hiver. Shikishi Naishinnô (morte en 1201)
La brume du soir se noue au fond de mon cœur, et l’automne comme moi s’avance vers l’hiver. Shikishi Naishinnô (morte en 1201)
Dans la transparence de mon coeur s’en est allée la nuit, tournée vers elle pourtant j’en oubliais la lune. L’empereur retiré Hanazono (1297-1348)
Dans la transparence de mon coeur s’en est allée la nuit, tournée vers elle pourtant j’en oubliais la lune. L’empereur retiré Hanazono (1297-1348)
Sur la blancheur brodée des adieux la rosée est tombée, dans la couleur d’un vent d’automne qui nous glace le coeur. Fujiwara Sadaie (1162-1241)
Sur la blancheur brodée des adieux la rosée est tombée, dans la couleur d’un vent d’automne qui nous glace le coeur. Fujiwara Sadaie (1162-1241)